top of page

L'édito du mois de Squaaly 

« Pourquoi y a-t-il tant de modèles de voitures alors qu’une auto, c’est 4 roues, un moteur, un volant et que ça sert à nous déplacer ? » me demandait il y a un peu plus de 25 ans, un minot qui sur la pointe des pieds atteignait à peine l’âge de raison.

 

La remarque de ce bout d’chou qui pensait déjà au monde de demain, valait son pesant de caramels mous et j’avais, je l’avoue à l’époque, sorti mon meilleur dentier pour la mâcher, l’avaler et enfin la régurgiter, avançant mécaniquement, un à un mes arguments, tels des pions aux échecs prêts à être sacrifier à la moindre contre-attaque.

 

J’avais alors évoqué la diversité de nos besoins, de nos envies aussi. Mon verbiage de première année d’école de commerce ne le convainquant qu’à moitié, pas plus que moi d’ailleurs ; j’avais chargé la mule et ne lui laissant même pas le temps de souffler, avais ajouté qu’au-delà de la multiplicité de nos besoins ; nos personnalités et nos désirs de représentation pouvaient eux aussi et cela de manière insidieuse, participer au choix de notre automobile. J’assenais même que pour certains la voiture n’est pas qu’un moyen de locomotion, mais un prolongement de leur être. Qu’il en est et pas juste une minorité, précisais-je tel un expert télé de la conso, pour qui le véhicule est un marqueur économique, social, culturel voire même politique et que s’opère chez eux, sans anesthésie aucune, une sorte de transfert entre leur bagnole et eux.

 

Mon déroulé était parfait. Je justifiais ; mieux, je validais ainsi la diversité, les séries limitées et même les finitions sur mesure, tout en m’excluant de fait de ce groupe qui transcende les catégories socio-pros, par mes propos à la 3ème personne.  Un déroulé qui reste aujourd’hui d’actualité.

 

Il se trouve que ces hommes et ces femmes, addicts aux offres personnalisées, aux modèles à options qui vont jusqu’au choix de la couleur des accoudoirs ou du repose tête, ces fous et folles de diversité, ces accrocs aux offres marketées réclament à cor et à cri le retour de l’uniforme !

 

Franchement comme on dit ici, il y a quelque chose dans notre monde hexagonal que je ne comprends pas !

Septembre 2023

bottom of page